Chargement...
Chargement...

De l'ombre à la lumière - Eric Vassal

0_de-l-ombre-a-la-lumiere-eric-vassal
Du 23/01/2016 au 31/03/2016
Horaires d'ouverture : Non renseigné
Lun
Mar
Mer
Jeu
Ven
Sam
Dim
Publié le 25/01/2016
Du 23 janvier au 31 mars, Eric Vassal invite les Mérignacais à découvrir son exposition et ses jeux d'ombre et de lumière dans l'enceinte sublimée de la Vieille Eglise.
Pour ce plasticien qui touche aussi bien à la photographie, à la sculpture qu'à la vidéo, tout est a aire d'ambiances. « La notion de patrimoine est au cœur de mon travail. Quand j'investis un lieu historique, c'est lui qui, en partie, inspire l'oeuvre que je vais y présenter. Il devient indissociable de la création finale » explique Eric Vassal qui s'est laissé imprégner par l'atmosphère de la Vieille Eglise, « lieu sacré où la lumière prend aussi le sens d'élévation. » Invit_papier_expo_ombre_a_la_lumiere_vernissage_22_janvier_BD-1 Tapis dans l'ombre Au début, cet ancien illustrateur pour Le Monde et Le Figaro a en tête une exposition photographique, puis, convaincu par l'intérêt architectural du lieu, il décide d'aller plus loin. « Je vais y présenter un ensemble d'oeuvres qui ont en commun le jeu de l'ombre, de la lumière et de l'ombre portée. Une sélection de clichés réalisés dans le muséum d'histoire naturelle de Paris, avec sa verrière et une grande installation dans la nef de l'église : un jeu de découpe dans de grands aplats de couleur, que j'ai intitulé “Tapis”. Surélevée, cette œuvre jouera avec la lumière naturelle et se laissera appréhender di éremment selon la position de chaque observateur. » Des sculptures en aluminium complèteront cette installation centrale, ainsi qu'une vidéo : une parabole de l'existence où l'on verra un marcheur traverser sa vie, « aller de la lumière à l'ombre. » Dialectique espace/ architecture L'exposition à la Vieille Eglise est, en quelque sorte, unique. Eric Vassal a fait ses repérages et a pris en compte l'histoire singulière du bâtiment. « Pour moi, le contenu et le contenant constituent une seule et même œuvre. L'installation présentée dans la nef réécrit l'espace architectural qui l'accueille. » Ainsi procède l'ancien étudiant aux Beaux arts de Paris : par la dialectique espace/ architecture, il interroge l’individu au sein de son environnement. Déjà, dans le sombre château d'eau de Bourges, vidéos, nuées bleutées et plaintes aquatiques révélaient au visiteur le secret des eaux captives. Dans un domaine de la cathédrale de Cahors où la lumière jaillit des baies géné- reuses, ses œuvres quittent les cadres traditionnels pour investir les murs, le sol, le plafond et inclure bientôt les spectateurs. À la Vieille Eglise, plongés dans la confusion des impressions, les visiteurs redécouvriront les rapports entre ombre et lumière, et deviendront peut être, comme le lieu, une partie de l'œuvre.

Bibliographie