Chargement...
Chargement...

Catherine Slowik

0_catherine-slowik
Du 05/02/2016 au 03/04/2016
Horaires d'ouverture : Non renseigné
Lun
Mar
Mer
Jeu
Ven
Sam
Dim
Publié le 05/02/2016
Le Musée de la Création Franche consacre une exposition personnelleCatherine Slowik, du 5 février au 3 avril 2016. Son travail a été précédemment retenu par Gérard Sendrey dans l’édition 2011 de l’exposition collective internationale « Visions et Créations dissidentes ». Catherine Slowik est née le 19 avril 1953 à Arras, dans le Pas-de-Calais. A l’âge de sept ans, elle se dit fascinée par la figure géométrique du carré avec laquelle elle va jouer. Elle dessine beaucoup pendant ses années au collège et, à quatorze ans, elle commence à peindre à l’huile après que ses parents lui ont offert sa première boîte de peinture et des cartons toilés. Passionnée par les sciences autant que par les arts, elle suit des études scientifiques et devient professeur de mathématiques. A l’âge de vingt-cinq ans, elle s’inscrit à l’école d’architecture mais elle abandonnera ce cursus. Quelques années plus tard, elle entreprend des études d’arts plastiques et obtient un DEA. Elle quitte alors l’enseignement des mathématiques pour celui des arts plastiques qu’elle enseigne actuellement. Si le carré est son compagnon de jeu, la peinture représente un combat avec la matière qui est, pour Catherine Slowik, « toujours difficile, douloureux, inassouvi ». Elle peint essentiellement à l’acrylique sur papier ou sur toile. Son œuvre protéiforme emprunte diverses ramifications. Au début, de facture abstraite, c’est pendant la première guerre du Golfe que la matière s’est incarnée dans ses dessins sous la forme d’un corps d’enfant tué. Puis les oeuvres figuratives se sont multipliées. Elles mettent en scène des personnages qui se
tirent, s’attirent, s’enfuient puis se rattrapent par la main. Les corps sont toujours en mouvement, cabrés ou penchés. Les fonds monochromes obligent le spectateur à focaliser son attention sur la chorégraphie des corps. Certains personnages évoluent en solo dans des situations qui confinent au burlesque. Elle peint également des visages qui semblent pétris dans la matière. Catherine Slowik réside à Acheville. Ses œuvres ont été exposées depuis 1998 dans diverses expositions personnelles et collectives parmi lesquelles : la Galerie Bernanos à Paris, le Centre Noroit et la galerie Alternance à Arras, l’Espace Eugène Beaudouin à Anthony, Acte à Mont-Saint-Eloi, galerie MDC à Arras, la Galerie du Marais à La Madelaine-sous-Montreuil. L’exposition prend place dans trois salles du rez-de-chaussée et présente une sélection de peintures allant du très petit au grand format, parmi lesquels un triptyque. Dans chaque salle, un panneau aimanté avec un mannequin articulé permet aux visiteurs de prolonger subjectivement la gestuelle des personnages de Catherine Slowik. Chacun est invité à lui faire prendre la pose qu’il souhaite et twitter un selfie et le poster sur Facebook. Elle se déroulera du 5 février au 3 avril 2016 L’inauguration aura lieu le vendredi 5 février à partir de 18 heures en présence de l’artiste.

Bibliographie