Chargement...
Chargement...

La passion de la liberté. Des Lumières au romantisme.

Jacques-Louis David (atelier de) La mort de Marat 1793, Copyright RMN Grand Palais. Photo Martine Beck Coppola .jpg
Du 19/06/2019 au 13/10/2019
Horaires d'ouverture : 11:00 - 18:00
Lun
Mar
Mer
Jeu
Ven
Sam
Dim
Publié le 16/05/2019
Dans le cadre de la Saison culturelle "Liberté ! Bordeaux 2019", le musée des Beaux-Arts et le musée des Arts décoratifs et du Design proposent, avec la participation exceptionnelle du musée du Louvre, une exposition présentée, conjointement par les deux musées, à la Galerie des Beaux-Arts du 19 juin au 13 octobre 2019.
Cette exposition est l’occasion d’accueillir, pour la première fois à Bordeaux, des prêts exceptionnels des différents départements du Louvre, accompagnés d’œuvres majeures provenant des collections municipales. Elle réunit plus d’une centaine d’œuvres - peintures, sculptures, objets d’art et œuvres graphiques – produites pour l’essentiel au cours des XVIIIe et XIXe siècles : La Mort de Marat ou Marat assassiné de Jacques-Louis David, La Grèce sur les ruines de Missolonghi d’Eugène Delacroix, La Marseillaise de François Rude, une paire de vases de la manufacture Nast, un remarquable biscuit de Sèvres à l'effigie
du duc de Bordeaux, une tapisserie représentant L’Escarpolette de la manufacture de Beauvais…

L’exposition invite le public à s’interroger sur le concept de liberté, aux sens philosophique, politique, idéologique, social et économique, dans les arts à une époque nourrie par les idéaux de progrès, de raison et d’ouverture des Lumières. Qu’en est-il aujourd’hui de notre perception de cette valeur universelle et de l’héritage de la culture des Lumières dans nos sociétés démocratiques ?

Le dialogue entre les beaux-arts et les arts décoratifs permet d’appréhender le sujet de manière pluridisciplinaire. Un préambule consacré aux différentes définitions encyclopédiques de la liberté en France et à l’étranger, et à l’iconographie des Grands Hommes permet de mettre en perspective la notion clef de l’exposition. La question de l’existence d’une esthétique de la liberté à travers le développement des sciences et l’actualité des révolutions en Europe est ensuite posée. L’exposition se penche également sur le libéralisme économique comme moteur de la création et sur la liberté de l’artiste et de l’artisan face au bouleversement du système académique et corporatiste au lendemain de la Révolution. Du siècle des Lumières au romantisme, la liberté est par ailleurs érigée comme un véritable art de vivre : le libertinage et l’utopie constituent deux versants de cette liberté de l’esprit, qui s’accompagne d’inventions et de perfectionnements plus pragmatiques pour faciliter la vie au quotidien.


Public individuel
Visites publiques de l'exposition tous les mercredis et samedis à 15h30. Sans réservation. Entrée + 1€

Groupe adultes constitués
Les visites commentées ou en autonomie ont lieu du lundi au samedi (sauf mardi) pour les groupes de 10 à 30 personnes. La visite dure 1h30. Sur réservation au 05 56 10 25 25.

Pour les 7-11 ans
Atelier Thaumatrope le mercredi 26 juin de 15h à 17h. 

Carnet enfant
Un carnet à destination des enfants est disponible gratuitement à l’accueil de la Galerie pour découvrir le parcours de l’exposition tout en s’amusant.

La Galerie des Beaux-Arts est fermée tous les mardis ainsi que les jours fériés.


Illustration : Jacques-Louis David, La mort de Marat, 1793, huile sur toile, 165 x 125 cm.
© RMN Grand Palais. Photo Martine Beck Coppola