Chargement...
Chargement...

Les précis du cavalier

Publié le 23/01/2018
Être cavalier, c’est à la fois un art et un sport ; une application technique et une adaptation émotionnelle. Un juste équilibre visant à atteindre la précision, l’unité du centaure rêvé et la confiance mutuelle avec le cheval. Rien n’est jamais acquis, d’autant que l’équitation est un pas de deux au sein duquel la remise en question prévaut. Ancrée aux bottes du cavalier, la passion constitue le moteur afin de cheminer toujours, d’apprendre et de s’inspirer.

Si le chemin de la progression demeure commun à tout cavalier, il y a quelques spécificités que certains goûteront plus que d’autres. Un fait relatif à la discipline de prédilection de chacun : saut d’obstacles, dressage, complet, endurance, attelage, reining, horse-ball, TREC… Savoirs et techniques se peaufinent alors par des exercices et séances d’entrainements dédiés qui trouveront bien souvent leur finalité en compétition. Avec de tels objectifs, on peut considérer deux athlètes sportifs dont un, le cavalier, s’ignore bien souvent.

De longue date, la littérature équestre est généreuse. Les ouvrages théoriques et pédagogiques aux approches variées sont légion. On peut les scinder en méthodes pour le cavalier et méthodes de travail avec le cheval, abstraction faite des manuels de préparation aux Galops fédéraux qui suivent un programme officiel global. Décrocher son Galop 7 ne signifie nullement que le cavalier n’a plus rien à apprendre, au contraire, il dispose du bagage nécessaire pour forger son équitation personnelle. Des coachs et compétiteurs reconnus partagent leurs savoir-faire et expérience à l’image de Michel Robert ou Max Thirouin en jumping, Arnaud Boiteau en complet, Pierre Beaupère ou Philippe Karl en dressage. Leurs livres s’adressent à des cavaliers confirmés en quête d’idées pour enrichir leur pratique. Moins spécifiques, plusieurs outils proposent des séances, des exercices, un apport théorique sur des thèmes plus ou moins précis : usage des jambes, des mains, l’assiette, cadence et amplitude, travail au sol, en manège, en longe… Tous ont en commun une visée pédagogique. Plus récemment, des auteurs se sont intéressés à l’aspect mental de l’équitation. Carine Camboulives avec Équitation, optimisez votre potentiel ! orienté sur la préparation mentale liée à la compétition ou Véronique Bartin et Jean-Pierre Tiffon qui publient Le cavalier idéal : bien dans son corps, bien dans sa tête. L’équitation faisant partie des trois sports les plus traumatiques, il n’est pas dénué de sens de souligner l’existence du livre Je n’ai plus peur à cheval d’Elise Rousseau.

 

Le haut niveau d’un sport représente un vivier d’exemples. Les équipes de France, Kevin Staut, Philippe Rozier, Roger-Yves Bost, Pénélope Leprévost… sont autant de héros modernes des sports équestres ayant inspirés des publications.

 

Du 1er au 4 février 2018 retrouvez-nous au Jumping International de Bordeaux sur le stand 2208, allée E, travée 22 du hall 1. www.jumping-bordeaux.com

 

Être cavalier et progresser

À chacun sa discipline

Vies de cavaliers